Bruntam 1.1

 
PDF

    Des gouttes tombaient, l'une après l'autre, dans ce qui semblait être une flaque qui se transformait en filet d'eau et poursuivait sa route jusqu'à disparaître. Des battements d'ailes se firent entendre. Il n'était pas seul dans cette grotte, mais ce n'était rien qui puisse l'inquiéter. Dehors des rapaces signalèrent une proie proche de l'entrée à leurs compères. Sûrement un lapin, ça lui redonnerait de l'énergie.

    Il ouvrit les yeux, hésitant, mais l'obscurité de la grotte fit son travail et il s'habitua à la faible luminosité de cette dernière. Pendu comme une viande en train de sécher, il défit le noeud et tomba sur le sol humide. Il se vit, ou plutôt son ancien corps, reposer sur le sol. Il lui avait bien servi, mais il en avait désormais besoin d'un nouveau et surtout plus jeune. Les consignes qu'Elle lui avait données allaient bientôt devoir être mises à exécution et pour cela il ne pouvait pas se permettre de se traîner des articulations qui commençaient à rouiller, des muscles qui perdaient en efficacité et sa vue qui chutait drastiquement.

    Il étira ses bras et essaya de bouger le rocher qu'il avait placé à l'entrée. Il aurait du travail à faire, s'il voulait retrouver une forme convenable. Il apposa sa main sur le rocher qui se poussa, lui laissant suffisamment d'espace pour sortir. Le début de la soirée lui évitait de souffrir plus que nécessaires, les deux étaient morts depuis plus d'une journée et il devait encore aider son nouveau corps à retrouver toutes ses capacités. Bien que ce n'était pas la première fois qu'il réalisait l'opération et qu'il suivait à la ligne Ses consignes, il ne l'avait plus jamais aussi bien réalisé que la première fois lorsqu'Elle l'avait dirigé.

    Il repéra le lapin et lui sauta dessus. Le pauvre, déjà effrayé par les rapaces, il n'avait pas prêté attention à ce qui sortait de derrière. Il l'attrapa sans soucis et lui brisa le cou sans attendre. De retour dans la grotte, il ranima le feu et après avoir dépecé l'animal, il le plaça sur le feu. Pendant que le lapin cuisait, il fit disparaître les traces de son ancien corps en l'enterrant dans le trou qu'il avait creusé à cet effet. Il se débarrassa en même temps de l'équipement utilisé pour le processus de transfert. Une fois cela fait, il se saisit de la nourriture et l'avala tout en prenant le chemin de la maison du gamin.

    Arrivé à l'entrée de la ville, il se sentit observé. Rapidement, des voix commencèrent à se faire entendre et il vit des gens courir en direction du manoir.

Bien que Trundulvar n'était pas une ville riche, une famille avait réussi à imposer sa fortune et à s'imposer sur la région leur donnant des avantages à la limite de la noblesse. Ils avaient beaucoup aidé dans le développement de cette région et toute la ville travaillait pour eux.

Caché au milieu de la forêt, le manoir des Suvilla surplombait Trundulvar et indiquait le prestige de la famille. Alors qu'il commençait à peine à l'apercevoir, des gardes l'arrêtèrent, envoyant quelqu'un devant lui avant de le laisser passer. Se retenir de faire quoi que ce soit qui pourrait allait à l'encontre du caractère du garçon était essentiel pour l'instant. Il ne pouvait pas se le permettre. Il se contenta de regarder les chaussures du garde et repris la route lorsqu'il le lui autorisa.

Juste avant d'arriver à l'entrée, il vit quelqu'un courir dans sa direction, une femme, plus âgée. Sa nouvelle "mère"  ? L'air grave, arrivée à sa hauteur elle leva la main et le gifla. Elle s'écroula et le prit dans ses bras. « Où étais-tu ! Tout le monde t'a cherché ces trois derniers jours ! Ton père et ton oncle sont encore dehors avec les équipes de recherche. Et à l'approche d'une rotation qui plus est. » Elle le lâche et reprit ses esprits. « Tu auras des comptes à rendre, mais pour l'instant va voir Jalla pour qu'elle vérifie que tu n'aies rien et rejoins-nous pour manger. »

Il ne dit rien et fit comme si il avait compris la leçon. Il baissa la tête et passa le portail, se dirigeant vers la porte d'entrée en traînant les pieds. Mais il fut interrompu une fois de plus avant d'atteindre l'entrée par une jeune fille à peu près de son âge, autour d'une quinzaine d'années. Il n'avait aucune idée de qui elle pouvait être. Il ne lui semblait pas qu'il avait une soeur. Sa cousine, peut-être. Elle lui saisit le poignet et l'entraîna à l'intérieur.

Elle ferma la porte de la chambre dans laquelle elle les avait emmené. Sa chambre à elle apparemment à voir les bougies, feuilles de papier remplies de dessins inexplicables et les habits qui dépassaient de son armoire.  

    « Qu'est-ce qui t'a pris de partir comme ça alors qu'ils arrivent bientôt ? » Elle avait l'air en colère, ne sachant pas pourquoi, il préféra rester sur ses gardes.

— Je suis désolé. Je suis parti explorer l'autre versant et je me suis perdu.

— Quelle idée. On s'est pourtant entraîné ensemble. Je sais bien que je suis plus puissante que toi mais je sais que tu peux retrouver ton chemin grâce à ce qu'ils nous ont appris.

— C'est la seconde fois que tu les mentionnes. De qui parles-tu exactement ?

— Arrête de faire l'innocent. Ils vont arriver avec la rotation et nous en apprendre davantage sur leur magie. » Son coeur se mit à accélérer. Avait-il bien entendu ce qu'elle venait de dire ? Elle rabattit sa masse de cheveux bruns sur son dos et d'un revers de main alluma les bougies. Elle dut cependant s'y reprendre à deux fois avant d'ouvrir un compartiment caché dans le mur et d'en sortir une boîte. Tout cela en restant figée devant lui. « Comment est-ce que tu peux me faire ça ? Ne t'attends pas à ce qu'ils continuent ta formation si tu disparais pendant plusieurs jours sans donner signes de vie. »

S'en était trop. Ce qu'il voyait n'était pas du tout prévu ! Il se leva d'un bond et la plaqua contre le mur en face de lui, la tenant par la gorge. Derrière, se dressait une tapisserie qui représentait une scène de chevalerie des temps anciens avec la promise qui observait le combat des hauteurs. Sur sa robe était tressé le symbole de la maison, une pièce ligotée par une rose. Il attendit de voir la frayeur sur le regard avant de relâcher un peu la pression.

« Tu vas me dire tout de suite qui sont ces gens et pourquoi est-ce qu'ils sont ici!

— Je … Pourquoi ?

— Parce que je ne suis pas qui tu penses et que personne ne devrait pouvoir avoir être capable d'utiliser les volontés. Je m'en suis assuré il y a bien des années.

— Qui es-tu ? » Il resserra la prise sur son cou. Il pouvait sentir la circulation du sang qui essayait tant bien que mal de se frayer un chemin à travers les veines compressées. Cette sensation lui avait manqué.

    « Tu ne vas pas m'en dire davantage n'est-ce pas ? » Il comprit en voyant ses yeux s'affoler et regarder dans tous les sens qu'elle savait ce qui l'attendait.

Un éclair s'abattit au loin, illuminant la pièce d'une lueur verte. Il lut ce qu'il semblait être de l'espoir. Sa prise se resserra encore et il sentit les os se briser les uns après les autres. Ses yeux étaient vides, elle ne dirait plus rien désormais. « Je suis Bruntam, jeune impertinente. »

Il sonda les environs, si ce qu'elle avait dit était vrai, il allait avoir du travail. Ce qu'il découvrit le fit s'écrouler par terre : deux autres personnes dans la ville pratiquaient à un faible niveau. Mais le pire était les dix puissances qu'il avait ressenties. Il n'avait jamais eu à combattre qui que ce soit d'aussi puissant, et voilà que dix arrivaient. Les événements arrivaient plus tôt qu'Elle ne l'avait prévu. Il était temps d'agir.